Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a averti mardi son homologue israélien Avigdor Liberman que Moscou se réservait “le droit de riposter” après le crash d’un avion de reconnaissance russe au large de la Syrie, dont il juge Israël “totalement” responsable.

“Nous nous réservons le droit de riposter à l’avenir”, a déclaré M. Choïgou à son homologue israélien par téléphone, ajoutant que la “faute” pour la mort des 15 soldats russes “repose entièrement sur Israël” après le crash de cet avion abattu par la défense anti-aérienne syrienne après une attaque de F-16 israéliens contre la région de Lattaquié, le fief du président syrien Bachar al-Assad.

L’Il-20 de l’armée russe a été abattu dans la nuit de lundi à mardi à une trentaine de kilomètres des côtes syriennes alors qu’il retournait vers la base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie, quelques minutes après une attaque aérienne menée par quatre chasseurs israéliens F-16.

L’armée russe reproche notamment à Israël de l’avoir prévenue de l’attaque à venir “moins d’une minute” avant qu’elle survienne.

Les 15 membres d’équipage de cet avion de reconnaissance russe sont morts dans le crash de l’avion.

Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a indiqué aux journalistes que le Kremlin est “très préoccupé par la situation”, se refusant à tout autre commentaire sur l’avenir des relations russo-israéliennes.

“La situation est en train d’être analysée”, a-t-il simplement déclaré.

Le ministère russe de la Défense a précisé que l’épave de l’avion a été découverte à 27 kilomètres des côtes syriennes et que “des fragments de corps et des affaires personnelles” avaient été remontés.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés