Frédéric Cuvillier, ex-ministre des transports, s’est lancé dans une opération kamikaze en prenant la tête des élections régionales dans le Pas-de-Calais. Il est chargé de contrer la montée inexorable du Front National dans ce département qui a vu naître Charles le Téméraire, Philippe Pétain et Charles de Gaulle. Traditionnellement ancré très à gauche, dans ce département, la situation est grave pour le Parti Socialiste : Marie Le Pen est donnée comme gagnante lors du futur scrutin des régionales. Quel personnage emblématique pourrait donc sauver la situation ?

Frédéric, comme il est familièrement appelé à Boulogne dont il est maire, se lance alors dans une opération difficile. Il a donc voulu jouer la carte « terroir » dans une vidéo consensuelle : la pêche, les mines, les champs de coquelicots ; le tout au nom de « l’histoire, l’honneur, la dignité et de la fierté. » L’Histoire de France dévoyée et réduite au minimum par Najat Belkacem qui se dit marocaine et musulmane. L’honneur sans doute des promesses non tenues. La dignité des déplacements en scooter, et la fierté de voir notre pays disparaître dans le magma buro-technocratique de l’Europe.

Coup de génie s’il en est ! Le PS a été repêcher une chanson d’un dénommé Raoul de Godesvarvelde, surnom venant d’un village près de la frontière avec la Flandre belge. Sa voie avinée faisait « peuple » et il est resté dans l’esprit des anciens par sa chanson « Quand la Mer monte…J’ai honte » où il chante ses déboires amoureux (1968). Intuition fulgurante : remplacer les mots de la mer par celui de Le Pen. « Quand Le Pen monte j’ai honte…Quand elle descend j’suis content ». Ainsi Frédérique Cuvillier fait réaliser une vidéo dans laquelle il reprend cette idée absolument ingénieuse qui dans le meilleur cas fait bien rire et le pire fait prévoir quelques déboires politiques.

Inutile de dire qu’à Boulogne « la ville dont le maire n’est pas un enfant », la chanson n’a guère été appréciée. En effet le tissu économique urbain est en pleine décomposition. Le taux d’endettement de la cité est parmi les plus hauts en France malgré des impôts locaux à un étiage de 19 sur 20, un des plus élevés du pays. Pêche, commerces, transit portuaire, sidérurgie, tout s’y effondre en château de carte. Ici la majorité des citadins est furieuse…

Il est reproché à Frédéric Cuvillier par cette vidéo de se définir « contre » au lieu de positiver, de proposer un programme, de lancer des initiatives. Il est là pour s’opposer au FN. Point final. Bien sûr immédiatement la chanson s’est changée en « Quand le chômage monte…J’ai honte, j’ai honte… ». Cerise sur le gâteau : sur la vidéo il a été montré un blockhaus dans lequel il y a un musée privé de la guerre. En surimpression se remarque en grosses lettres ces deux lettres : FN. Le conservateur M. Bouffary a estimé qu’il y avait là un amalgame inadmissible et nuisible à son gagne-pain. Il a porté plainte. Bon ! Rendez-vous au soir des régionales.

En 1977, Raoul de Godesvarvelde s’est suicidé on n’a jamais su vraiment pourquoi. Frédéric, nous t’en supplions, ne nous fait pas ce coup-là après les régionales. La France socialiste a encore tellement besoin de toi. Et puis dans quelques semaines nous chanterons volontiers avec toi : « Les feuilles mortes se ramassent à la pelle ».

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :