Thomas Fabius, fils de Laurent Fabius, le 1er juin 2011 au au Tribunal de Grande Instance de Paris.

Laurent Fabius est-il le ministre des Affaires étrangères qu’il faut à la France ? Quelle image renvoie-t-il à ses interlocuteurs des nations du monde alors que son fils Thomas est maintenant recherché pour dettes fabiusleuses dans des casinos américains? Thomas Fabius a de nouveaux ennuis avec la justice, alors qu’il a déjà été plusieurs fois condamné. Il serait sous le coup d’un mandat d’arrêt aux États-Unis, annonce Le Point ce jeudi 29 octobre: il est accusé d’avoir laissé une ardoise de 3,5 millions de dollars dans trois casinos du Nevada. Les enquêteurs s’interrogeraient par ailleurs sur des flux financiers « massifs » et « suspects ». Nouvelle affaire en plus des faits pour lesquels il a déjà été condamnés précédemment:

“Né en 1981, [Thomas Fabius est] un joueur invétéré aujourd’hui interdit de casino».  Un des proches de Laurent Fabius, cité par le JDD mi-avril dans un article sur le patrimoine du ministre des Affaires étrangères, avait vu juste.  Le Point a en effet révélé mardi que Thomas Fabius était visé par une enquête préliminaire sur les conditions d’achat d’un appartement de 280 m2 à Paris pour la somme de 7 millions d’euros, alors qu’il ne paie pas l’impôt sur la fortune (ISF). Une transaction qui a fait l’objet d’un signalement de Tracfin en juin dernier.  Immédiatement, le cabinet de Laurent Fabius a fait savoir que le ministre n’était «en rien concerné par les affaires de Thomas Fabius», ajoutant que Fabius junior «n’a bénéficié d’aucune donation ou héritage familial».

Le fils aîné du ministre, âgé de 32 ans, n’en est pas à sa première incursion dans la rubrique justice. En 2011, il a été condamné à 15.000 euros d’amende pour abus de confiance après la plainte de deux ex-associés. Ces deux hommes avaient fait affaire avec Thomas Fabius pour développer un système de carte à puces et auraient fourni de l’argent, dont ils soupçonnent qu’il aurait pu servir son amour du jeu au casino. Un amour immodéré qui l’amène à être interdit de jeu dans les casinos français. (Source)

Cette super-bourgeoisie hors-sol de l’oligarchique cosmopolite et apatride qui nous nargue en nous imposant ses diktats mondialistes ne connaît pas les frontières, parcourant la planète à sauts de jets comme tout migrant qui se respecte, elle couvre de son mépris les pauvres terriens qui se débattent en dessous, ce qui explique leur haine des nations, des races, des racines et des Traditions, hormis celles de la caste des banksters auxquels ils appartiennent et qu’ils servent, adorateurs de Mamon qu’ils sont.

Le dernier acte d’une diplomatie française souveraine, c’était en 2003

 

Depuis que François Mitterrand avait, en la personne de Laurent Fabius, “donné un jeune Premier ministre à la France”, celui-ci n’a cessé d’encombrer les plus hautes sphères du pouvoir de la République. C’est l’autre président socialiste,  François Hollande,  qui nous a octroyé ce ministre des Affaires étrangères, non pour ses capacités diplomatiques mais parce qu’il fallait le placer à ce poste afin qu’il consacre son peu de talent aux intérêts supérieurs d’Etats étrangers comme Israël ou l’Arabie. Son dernier coup d’éclat en date étant son opposition au règlement du différend nucléaire entre les USA et l’Iran. Son incompétence étant illustrée par l’absence de la France, lundi dernier aux pourparlers sur la Syrie. La France a finalement été acceptée comme second couteau à la réunion de Vienne, hier…

Le dernier acte d’une diplomatie française souveraine, c’était en 2003 lorsque la France a opposé son véto au Conseil de Sécurité de l’ONU, face aux USA, contre l’agression de l’Irak.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :