Jeudi, la rumeur allait bon train : Marine Le Pen était vue dans le hall de la Trump Tower à New York. La présidente du Front National, en pleine campagne électorale, allait-elle pouvoir repartir avec la photo d’une rencontre complice avec Donald Trump qui deviendra très officiellement président des Etats-Unis dans quelques jours ?

On se souvient que Nigel Farage et Donald Trump étaient apparus ensemble, décontractés et très souriants dans cette même Donald Trump.

Mais le porte-parole de Donald Trump a rapidement démenti toute rencontre entre Donald Trump et Marine Le Pen. La présidente du FN devra se contenter des clichés la montrant prendre le café dans la Trump Tower.

Elle y était accompagnée de Guido Lombardi, un homme d’affaires italo-américain qui dispose d’un appartement dans la Trump Tower.

Guido Lombardi est un ami de Donald Trump et un sympathisant de la Ligue du Nord.

Il a déclaré à Paris Match :

« Elle m’a appelé il y a trois ou quatre jours pour me dire qu’elle avait besoin de repos et qu’elle avait l’intention de venir à New York, qu’elle aime bien ».

« Depuis longtemps, des Français basés ici me disent qu’ils veulent la rencontrer et la soutenir financièrement. Donc j’ai réuni 35 personnes à la maison. Personne n’a bu de l’alcool à l’exception d’un invité israélien et d’un autre chinois. Elle a pris du Coca-Cola light. C’était très sélect. Parmi les participants, il y avait des banquiers, des gens qui habitent dans la Trump Tower, d’autres qui travaillent aux Nations-Unies. Les invités venaient d’Asie, d’Amérique du Nord, d’Europe, d’Inde et d’Israël. »

Une façon honorable d’expliquer que Marine Le Pen se serait heurté à un refus d’entretien de la part de Donald Trump.

Marine Le Pen et la secte Moon

Mais pour en revenir à la photo prise dans la Trump Tower, Marine Le Pen est à table avec trois hommes : son compagnon Louis Aliot, l’homme d’affaires Guido Lombardi, et… Pierre Ceyrac, représentant de « l’Eglise de l’Unification », plus connue sous le nom de « secte Moon », du nom de son fondateur sud-coréen.

Pierre Ceyrac a raconté à Libération avoir croisé Marine Le Pen par hasard : « Je me promenais sur la Cinquième avenue quand Marine Le Pen est arrivée près de moi». Le hasard fait bien les choses…

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

46 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :