« Pourquoi tous les enfants ont un papa et une maman alors que moi, j’ai deux papas ? « , demande un garçonnet en larmes à l’un des deux homosexuels qui l’ont adopté. Ceci est l’une des scènes les plus frappantes du nouveau film « Pink: Adoption gay, bien ou mal« , qui suscite la fureur du lobby gay au Mexique.

Le film, déjà sorti dans plus de 200 salles à travers le pays grâce à la chaîne Cinemex, présente une série de situations vécues par un enfant élevé par un duo homosexuel. L’enfant est témoin de fêtes extravagantes et commence à imiter le comportement de ses parents adoptifs.

Pink_Afiche

Au Mexique, le «mariage» homosexuel est autorisé à Mexico ville et dans les États de Chihuahua, Coahuila, Nayarit et Quintana Roo. Bien que les unions homosexuelles soient autorisées dans ces Etats, seuls Mexico et Coahuila autorisent l’adoption d’enfants par des homosexuels.

«Dans un pays, lorsque le bien est appelé mal et vice-versa, quand un pays normalise l’anormal, je pense que quelque chose ne va pas. », a déclaré le réalisateur de « Pink », Francisco Del Toro, au cours d’une entrevue avec le journaliste Ciro Gomez Leyva.

Francisco Del Toro, chrétien assumé, a ajouté «qu’aucun parti politique n’a inventé le mariage« , mais qu’il « est création de Dieu, Dieu en détient le brevet, le premier couple était Adam et Eve, pas Adam et Sébastien« .

En ce qui concerne l’adoption d’enfants par des homosexuels, le réalisateur a déclaré que «les enfants ne devraient pas être les trophées du militantisme gay», ajoutant que «les intérêts de l’enfant devraient prévaloir sur ceux des parents, et non l’inverse« .

Francisco Del Toro a souligné qu’au Mexique, on présente des films de propagande LGBT sans que personne ne proteste, citant The Danish Girl, Les quatre lunes, Le Secret de Brokeback Mountain, tandis que lorsque quelqu’un présente un film qui va à contre-sens de la banalisation de l’homosexualité, cela suscite la controverse.

Le lobby homosexuel a réagi avec fureur et a demandé la censure du film de Francisco Del Toro. Une pétition lancées par des militants LGBT réclame que le ministère de l’Intérieur du Mexique et la Commission nationale des droits de l’homme interdisent le film. Selon l’habituel discours victimaire du lobby homosexuel, ce film véhiculerait « des stéréotypes et des clichés qui favorisent la stigmatisation des personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexuées) ».

Face aux tentatives de censurer son film, Francisco Del Toro ironise en disant « Je tremble » mais a reconnu que la chaîne Cinepolis a fermé ses portes à la diffusion. Il a dénoncé le totalitarisme du lobby homosexuel qui veut imposer ses vues à tous et réprimer tout autre discours.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :