Rassemblement FN à Opéra, vu du ciel, le 1er mai 2012.

La région Languedoc-Roussillon, a, hier été remportée par le parti des patriotes. En France c’est le principe franc-maçon: “solve et coagula” qui a une fois de plus gagné contre le peuple avec la coalition de multiples partis mondialistes opposés dans leurs programmes. Le Vaucluse et le Var en PACA ont aussi obtenu une majorité FN. 

La tactique des mondialistes consiste à multiplier les petits partis du Système afin de dispatcher les diverses opinions, contradictoires d’un parti à l’autre, pour pouvoir au deuxième tour créer des coalitions intrinsèquement contradictoires. C’est le grand principe de la Franc-maçonnerie: isoler les contraires pour ensuite les assembler.  Une manœuvre qui consiste à escamoter les divers programmes contradictoires pour centrer l’attention des électeurs sur un bouc émissaire, en l’occurrence le FN sur lequel il suffit de concentrer les peurs.

Si la région Languedoc-Roussillon n’avait pas a été couplée à la région Midi-Pyrrénée, hier, le Conseil régional aurait été remporté par le FN. C’est le résultat de l’implantation des patriotes à Béziers avec Robert Ménard, l’une des meilleures vitrines de la vraie France. L’implantation des mairies Front national dans le Vaucluse et le Var a aussi donné une majorité FN aux départements du Vaucluse mais aussi à celui du Var. Ce qui donnerait au total six départements remportés par les patriotes, hier. On comprend ainsi mieux pourquoi il était si urgent de créer les grandes régions.  

Avec 6.820.147 voix, le FN a battu son propre record. Mais surtout, il multiplie par trois son nombre de conseillers régionaux. Si le parti des patriotes n’a remporté aucune présidence dans le nouveau découpage des régions, hier, il poursuit néanmoins sa montée élection après élection. Que vont inventer les mondialistes, la prochaine fois  pour endiguer les cris de la vraie France aujourd’hui encore bâillonnée ?

En outre avec ses 358 conseillers régionaux, ses maires et autres élus, le FN n’aura pas de mal cette fois-ci à rassembler les signatures pour la présidentielle de 2017.

Pour le FN, le scrutin des régionales 2015 est d’ores et déjà historique . Ce dimanche, le parti d’extrême droite a comptabilisé 6.820.147 voix sur l’ensemble de la France. Soit 200.000 de plus que lors de la présidentielle de 2012 qui restait jusqu’alors le record absolu du FN. Et ce, alors que la participation (58,53%) a été inférieure de plus de 20 points à celle du dernier scrutin présidentielle (80%). Par ailleurs, entre les deux tours, le Front national a observé une progression de plus de 800.000 voix par rapport au premier tour, où le parti avait reçu 6.018.914 suffrages.

Majorité absolue

L’ensemble des cadres du parti frontiste se sont d’ailleurs félicités, malgré leur défaite, de ces résultats. « Election après élection, la montée du courant national est inexorable », a affirmé Marine Le Pen dans son allocution à l’issue de l’annonce des résultats. « Une performance tout à fait remarquable », a jugé le numéro deux du parti, Florian Philippot. A noter qu’en voix le FN progresse dans l’ensemble des régions sauf en Corse, où il perd 577 suffrages, et en Île-de-France où il en perd 59.000.

En outre, le parti d’extrême droite a obtenu la majorité absolue dans le département du Vaucluse avec 51,28% des voix, terre d’élection de la jeune députée et candidate pour les régionales, Marion Maréchal-Le Pen. Une première pour le parti de Marine Le Pen qui est par ailleurs arrivé en tête dans 8 autres départements.

A noter également que c’est en région PACA, région inchangée, que le parti des patriotes a remporté le plus grand pourcentage de voix avec deux départements dans lesquels il se retrouve majoritaire. La Provence est la plus vieille terre d’élection du Front national.

358 conseillers

Mais le FN peut surtout se réjouir des 358 conseillers régionaux nouvellement élus, soit trois fois plus que le nombre de sièges qu’il possédait depuis 2010 (118). « En triplant notre nombre de conseillers régionaux, nous serons la principale opposition », veut croire la présidente du parti.

Ces conseillers régionaux s’additionnent aux 62 élus départementaux que le parti a fait élire en mars dernier. La constitution d’une génération de cadres politiques fait clairement partie de la stratégie du FN qui pâtit encore d’un certain manque de professionnels nécessaires pour investir des candidats compétents aux différentes élections. Si le FN n’a empoché aucune présidence de région, il sort une nouvelle fois incontestablement renforcé de ce scrutin. (Source des citations: Les Echos)

A noter que la Corse échappe à la gauche puisque c’est un parti régionaliste qui l’a emporté. C’est la première fois qu’un parti régionaliste remporte une élection en France métropolitaine. Il est donc logique que le FN ait perdu des voix en Corse, puisque les régionalistes défendent leur identité régionale, à défaut de l’identité nationale. Ce qui au total est tout-de-même une défaite pour le système. 

CARTE. Régionales : sans la réforme territoriale, le FN aurait pu gagner en Languedoc-Roussillon

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires