2700-2700-thickbox

Au coeur du bocage vendéen, à la limite du Maine et Loire et de la Vendée, entre Cholet et Mauléon, à 50 km d’Angers, se trouve un petit village trop souvent tombé dans l’oubli aujourd’hui. Il s’agit de Loublande, une ancienne commune française. Allez-y et vous vous y sentirez au bout du monde. La campagne, les forêts, les champs couverts de meules de foin en cette saison, les haies en fleurs, tout est là pour enchanter celui qui passe.

Pourquoi parler de Loublande spécialement alors que mille petits villages français pourraient être décrits de la sorte? Aujourd’hui personne n’en parle, même les chrétiens les plus fervents ignorent souvent ce qu’il s’ y est passé. Or, au début du XXème siècle, dans ce lieu rural et retiré, grandissait une jeune fille, Claire Ferchaud. C’est elle qui va donner tout son sens au village. Pendant son enfance, elle eut le privilège de voir l’Enfant Jésus très souvent et de pouvoir lui parler. Cela lui était tout naturel et elle croyait que tout le monde avait ce même privilège. Elle grandit ainsi, éduquée par son Divin Ami. Personne dans son entourage ne la comprenait. Mais elle, pendant ce temps,  continuait à avoir des apparitions. Claire disait voir Jésus qui lui montrait son coeur brisé par les péchés et l’athéisme des hommes. Elle recevait des messages de la part du Christ et, ainsi, en 1917, alla voir le Président de la République de l’époque, Raymond Poincaré. On était en pleine Guerre mondiale et l’humble jeune fille demanda à M. Poincaré de se convertir et de faire apposer l’image du Sacré Coeur sur le drapeau français et sur tous les uniformes des soldats. Après avoir pourtant ébranlé le Président, Claire Ferchaud le relança souvent par lettres mais en vain. Le message du Christ n’avait pas été suivi. La République voulait bel et bien rester laïque. La jeune fille retourna à Loublande, devint Soeur Claire de Jésus Crucifié et fonda une communauté de vierges réparatrices. Elle mourut en 1972 sans avoir eu gain de cause.

Pourtant, en 1918, des milliers de pèlerins étaient venus se recueillir, il y avait même eu une procession aux flambeaux et une retraite qui avaient regroupé 10 000 personnes. Les soldats, dans les tranchées, portaient sur leur poitrine et sous leur veste, l’image du Sacré-Coeur sur le Drapeau Français avec ces mots « Espoir et Salut de la France ». Le Christ avait été entendu de manière individuelle. Mais, cependant, bien que les autorités religieuses ne s’étaient pas montrées en désaccord avec ces apparitions au début, un décret de Benoît XV en 1920 vint mettre un terme à ces dévotions. Les apparitions ne furent pas reconnues de manière officielle. Vous me direz alors, « pourquoi en parler? » Paul VI, plus récemment, a fait réouvrir au public la petite chapelle où Claire Ferchaud venait se recueillir. Certes, les apparitions de Loublande ne sont pas reconnues officiellement par l’Église qui laisse planer un doute comme pour beaucoup d’autres apparitions en France et dans le monde. Mais la dévotion privée n’est plus interdite et certains ecclésiastiques croient fermement à ces apparitions. C’est pourquoi, libre à chacun de venir en pèlerinage dans ce petit village et cette petite ferme de Claire Ferchaud. Il se trouve que très peu de monde connait l’histoire, parfois on ne la connait que de nom et on arbore pourtant le drapeau « Espoir et Salut de la France » sans en savoir l’origine. Quel dommage d’ignorer ce patrimoine historique et religieux de notre pays!  Alors au lieu de simplement y passer , arrêtez-vous !

Les apparitions de Loublande peuvent nous redonner espoir aujourd’hui à l’heure où la France est en pleine déchristianisation. On peut terminer en citant une phrase que Notre-Seigneur avait dit à Claire Ferchaud: « Oh, la France, comme elle sera belle un jour ! Non, Satan aura beau faire, jamais la France ne lui appartiendra ! « 

Pour plus d’informations sur ces apparitions et les messages transmis par Claire Ferchaud au gouvernement français, consulter le lien suivant: http://trinite.1.free.fr/loublande/sacre_coeur_claire_ferchaud.htm

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :