Cela devient une mode en France d’incendier des lieux de culte catholiques !

A quelques jours d’intervalle, deux incendies, pour lesquels la piste criminelle est privilégiée dévastent des lieux saints catholiques. La semaine dernière, c’était la cathédrale de Nantes qui était la proie des flammes. La presse du système dut  bien en parler étant donnée la notoriété du monument.

Hier, révèle L’Edudiant libre, c’était au tour « de l’abbaye saint Martin de Ligugé (proche de Poitiers) de prendre feu peu avant minuit. Les pompiers estiment que 20m2 sur les 100 d’un bâtiment qui sert de buanderie sont partis en fumée. La piste criminelle semble privilégiée par les enquêteurs et une personne a déjà été interpellée ». L’anonymat du suspect est, bien entendu, préservé…

A part les journaux locaux, l’information n’a pas été reprise par la grande presse ni commentée par les parangons de la vertu républicaine luttant contre le « racisme systémique ». Les destructions volontaires des églises catholiques ne doivent pas rentrer, dans leur schéma idéologique, dans la catégorie des actes racistes et anti-religieux…

L’abbaye de Ligugé, monastère bénédictin fondé par l’ermite saint Martin de Tours en 361, est, nonobstant plusieurs interruptions de vie monastique, le plus ancien établissement monastique d’Occident encore en activité, même si les bâtiments conventuels actuels sont d’époques relativement récentes. L’église paroissiale et le cloître datent de la fin du XVe-début XVIe siècle.  

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :