Ce sont des petites cachoteries entre amis qui veulent du ‘bien’ à l’humanité : selon le très respectable National Catholic Register, Albert Bourla, le PDG de Pfizer, le laboratoire qui gagne des milliards actuellement grâce au covid, et le pape François, devenu un des VRP le plus notable de Pfizer, se seraient rencontrés à plusieurs reprises au Vatican l’an dernier.

Les rencontres n’ont pas été annoncées mais même ce secret bien gardé du locataire de Sainte-Marthe a fini par être divulgué.

« Le Register a appris que le pape François avait tenu des réunions privées avec le PDG de Pfizer l’année dernière alors que des questions se posaient sur l’efficacité des vaccins pour prévenir la transmission, qui sont désormais obligatoires pour tout le personnel et les visiteurs du Vatican » écrit le journaliste Edouard Pentin dans l’édition d’hier du NCR. « Selon des sources vaticanes, le Saint-Père a rencontré à deux reprises le PDG de Pfizer, Albert Bourla, au Vatican, bien que les détails précis ne soient pas connu » continue Pentin qui précise :

« Contrairement à la plupart des audiences privées papales, ces réunions n’ont pas été annoncées par le Bureau de presse du Saint-Siège, qui n’a pas répondu aux demandes répétées de confirmation des réunions. »

Un porte-parole de Pfizer a déclaré à Edouard Pentin :

« Nous ne pouvons ni confirmer ni infirmer car, conformément à notre politique, les mouvements de nos dirigeants sont considérés comme confidentiels. »

Circulez, il n’y a rien à dire…

El papa argentin n’en est pas à ses premières entrevues avec des financiers et « humanistes » sulfureux, si l’on se place sur le plan de l’éthique catholique. De nombreux articles parus sur MPI traitent de ces contacts bergogliens avec les milliardaires et puissants partisans de la dépopulation, de la décroisssance, de la gouvernance globale, du Great Reset, tous animés par un messianisme apocalyptique et anti-christique.

 « Les rencontres de Bourla avec le pape, confirme Pentin, ne seraient pas la première rencontre papale inopinée de ces dernières années. En novembre 2019, peu de temps avant le début de l’urgence sanitaire COVID-19, le pape a reçu en privé Melinda Gates. La rencontre, bien connue au Vatican, n’a pas été annoncée et n’a jamais été officiellement reconnue. »

« En mai dernier, ajoute Edouard Pentin, Bourla a participé à une conférence en ligne sur la santé au Vatican intitulée « Unie to Prevent & Unite to Cure » qui mettait un accent important sur les traitements et la prévention du COVID-19 ainsi qu’une plate-forme pour la promotion des vaccins produits par les grandes sociétés pharmaceutiques.

« Parmi les autres intervenants à la réunion co-organisée par le Conseil pontifical pour la culture figuraient Stéphane Bancel, le PDG de Moderna, un autre grand producteur de vaccins anti-COVID-19, le Dr Anthony Fauci, médecin-chef du président Joe Biden, et le Dr Francis Collins. , alors directeur des National Institutes of Health des États-Unis. »

Il est bon de rappeler que la Cité du Vatican sur laquelle règne Jorge Maria Bergoglio a été l’un des premiers pays à avoir imposé un passe sanitaire et « l’une des premières autorités à administrer des vaccins après avoir signé un contrat avec Pfizer fin 2020 pour offrir en exclusivité son produit pharmaceutique Pfizer-BioNTech à son personnel. Les premières inoculations ont été déployées début 2021. » Le petit mais puissant Etat a été également, par la volonté du pape lui-même, « fervent partisan » de ces ‘vaccins’ ARNm produits avec des cellules souches de fœtus avorté, un des tous premiers à rendre « l’injection covid » obligatoire pour tout le personnel et les visiteurs depuis le 23 décembre. A partir du 31 janvier, la triple vaccination (deux doses plus le rappel) sera obligatoire pour entrer sur le territoire du Vatican. (La preuve d’une récupération récente de COVID-19 peut également être admise, et il n’y a aucune exigence pour les liturgies publiques et les audiences générales.)

Le NCR souligne cependant que ces mandats de vaccination « ont été imposés lorsque l’efficacité de tous les vaccins COVID-19 pour prévenir la propagation de la maladie est remise en question. En décembre 2020, le professeur Andrea Arcangeli, directeur de la Direction de la santé et de l’hygiène du Vatican, a déclaré que le Vatican avait choisi d’utiliser le vaccin Pfizer parce que dans les essais cliniques, il s’était ‘avéré efficace à 95 %’. Il a ajouté que ‘par la suite, d’autres vaccins produits avec des méthodes différentes pourront être introduits après avoir évalué leur efficacité et leur innocuité totale’. »

Bourla lui-même a admis, le 10 janvier dernier, que « nous savons que les deux doses du vaccin ont une protection très limitée, voire aucune », a déclaré Bourla à Yahoo News. « Les trois doses, avec le rappel, offrent une protection raisonnable contre l’hospitalisation et la mort. »

Malgré ces dernières informations témoignant de l’inefficacité de ces injections Pfizer, le Vatican bergoglien maintient son obligation vaccinale et ses mesures de suspension des employés réfractaires à cette vaccination expérimentale :

« Malgré le taux d’efficacité initial de 95 % par rapport aux variantes antérieures qui ont incité le Vatican à signer un contrat avec Pfizer, peut-on encore lire dans l’article du NCR, le personnel du Vatican a continué à contracter le COVID-19 au Vatican au cours de l’année écoulée malgré une double ou triple vaccination. Le dernier cas en date est celui de Mgr Brian Farrell, secrétaire du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, qui est actuellement infecté par le COVID-19 bien qu’il ait reçu le rappel. Un responsable du Conseil pontifical a déclaré au Register ce matin ‘qu’il a été testé positif, mais nous l’attendons de retour au bureau la semaine prochaine’.

« Des sources du Vatican ont également déclaré au Register que pas moins de 14 gardes suisses avaient contracté le COVID-19 au cours du second semestre de l’année dernière, mais que les cas n’avaient jamais été signalés. Tous avaient reçu deux doses de Pfizer mais presque aucun symptôme.

« Le Vatican n’a signalé aucun cas d’hospitalisation ou de décès depuis le déploiement du vaccin, et tout au long de la pandémie, aucun décès lié au COVID-19 n’a été signalé dans la Cité du Vatican.

« Cependant, depuis le début du programme de vaccination au début de 2021, le Bureau de presse du Saint-Siège a cessé de signaler de nouveaux cas de COVID-19, contrairement à 2020, lorsqu’il annonçait régulièrement si du personnel ou des résidents avaient été testés positifs pour le virus.

« Les derniers membres du personnel du Vatican à avoir été infectés étaient le cardinal Giuseppe Bertello, alors président de l’État de la Cité du Vatican, et l’aumônier papal, le cardinal Konrad Krajewski, en décembre 2020. Tous deux ont survécu à la maladie. (…)

« Le vaccin Pfizer-BioNTech a également provoqué des effets secondaires indésirables, notamment des maladies cardiaques et des caillots sanguins, en particulier chez les jeunes receveurs, certains entraînant la mort. Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis insistent sur le fait que ces « rapports sont rares et que les avantages connus et potentiels de la vaccination contre le COVID-19 l’emportent sur les risques connus et potentiels [de ces effets secondaires]« .

« Des milliers de ces cas et d’autres ont néanmoins été signalés sur des sites gouvernementaux dans divers pays (voir les chiffres britanniques pour le vaccin Pfizer ici ) où les effets secondaires suspectés peuvent être signalés volontairement, et les citoyens ont créé des sites Web pour enregistrer leurs propres témoignages d’effets indésirables de tous les vaccins COVID-19. »

Mais malgré ces effets secondaires graves et « les inquiétudes concernant le vaccin Pfizer entaché d’avortement, le secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, a comparu cette semaine pour exclure tout droit d’exemption de conscience. Il a déclaré au Register que les employés du Vatican demandant une exemption parce qu’ils s’opposent au lien du vaccin avec l’avortement ‘ne semblent pas justifiés’ car ‘le produit Pfizer n’a été testé qu’à l’aide de lignées cellulaires dérivées de l’avortement’ » écrit le NCR.

Dans les couloirs de Sainte-Marthe, des vieux prélats craintifs ont troqué le salut éternel pour une pseudo-santé naturelle, le Christ-Sauveur pour le vaccin à ARNm en lien avec l’avortement, borné l’Alpha et l’Omega à la mesure de leur vie d’apostat.

Centrée sur l’homme, naturaliste, l’Eglise conciliaire avait depuis longtemps abandonné tout regard surnaturel sur les événements. Sans immunité face à une ‘pandémie’ plus médiatique et politique que mortelle, elle a adopté les dogmes de la religion covidiste et de sa tyrannie sanitaire.  La folie hygiéniste courre allégrement dans les couloirs des Palais Apostoliques…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :