La Galerie Gallimard présente une nouvelle exposition consacrée aux manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline.
Cette exposition, sous le commissariat d’Alban Cerisier, est proposée à l’occasion de la parution de Guerre, roman inédit de l’écrivain.
Le 17 juin 1944, se sentant menacé à l’approche de la Libération pour ses prises de position durant l’Occupation, Céline quitte la France en compagnie de son épouse Lucette. L’écrivain laisse dans son appartement parisien plusieurs liasses de manuscrits, dont il déplorera après-guerre qu’elles lui ont été dérobées. Récemment retrouvés, ces manuscrits exceptionnels, pour la première fois exposés, mettent en lumière le projet littéraire qui anima Céline après la parution de Voyage au bout de la nuit en 1932 : un grand triptyque, se rattachant à des périodes de sa vie pas ou peu développées dans son premier roman – l’enfance, la guerre, Londres. Des milliers de feuillets inédits témoignent de cette
entreprise, dont seul le premier volet sera mené à terme avec Mort à crédit en 1936. Mais Céline, là est la grande révélation, avait avancé sur les autres romans, en particulier celui évoquant l’épisode central de sa vie : l’expérience du front et sa blessure de guerre en octobre 1914. Un traumatisme qui allait décider de la vie d’un homme comme de l’œuvre littéraire à venir, celle-ci ayant seule le pouvoir de révéler ce qui se joue vraiment dans l’expérience vécue.
L’exposition de la Galerie Gallimard sera l’occasion de présenter pour la première fois au public plusieurs feuillets remarquables extraits des liasses des manuscrits retrouvés. Le manuscrit de Guerre sera particulièrement mis en valeur, sans négliger toutefois ceux de Londres, de Casse-pipe et de La Volonté du roi Krogold (lequel sera exposé avec ses fameuses pinces à linge). Des documents plus intimes (lettres, cartes postales, tirages d’époque, portrait…), issus des archives de l’écrivain, apporteront un éclairage sur les sources biographiques de l’œuvre littéraire, en particulier sur les liens entre Louis Destouches et ses parents, sur sa formation militaire à Rambouillet et sur sa convalescence de blessé de guerre à Hazebrouck et au Val-de-Grâce. Les médailles militaires du maréchal des logis seront exposées, ainsi que le Journal de marche de son régiment, conservé par le Service historique de la Défense (Vincennes). L’ensemble sera complété par des documents d’histoire éditoriale, provenant des archives des Éditions Gallimard et des Éditions Denoël.

GALERIE GALLIMARD || 30-32 rue de l’Université, Paris

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

49 % 20 280 € manquants

Il nous manque 20 280 € pour boucler 2022 !

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :