Le cardinal Blaise Cupich a publié une nouvelle politique pour l’archidiocèse de Chicago qui restreint la célébration de la messe traditionnelle et d’autres sacrements utilisant les livres liturgiques antérieurs à Vatican II.

En vertu de cette décision, qui prendra effet le 25 janvier, les prêtres, les diacres et les ministres ordonnés qui souhaitent utiliser l’“ancien rite” doivent soumettre leurs demandes au cardinal par écrit et accepter de se conformer aux nouvelles normes.

Ces règles précisent que les messes traditionnelles doivent inclure des lectures de l a Sainte Ecriture en langue vernaculaire, en utilisant la traduction officielle de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis.

En outre, les célébrations ne peuvent avoir lieu dans une église paroissiale, sauf si l’archevêque et le Vatican acceptent d’accorder une dérogation.

Les nouvelles règles interdisent également la célébration du rite tridentin le premier dimanche de chaque mois, à Noël, pendant le Triduum sacré, le dimanche de Pâques et le dimanche de Pentecôte.

Appuyée sur le motu proprio Traditionis custodes du pape François, la politique de l’archidiocèse de Chicago a été publiée le 27 décembre et signalée pour la première fois par Vatican News.

Les nouvelles règles de Chicago reflètent celles énoncées dans un document explicatif concernant l’édit du pape François publié le 18 décembre par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, responsable des questions liées à la liturgie sacrée. Mais elles s’inspirent également des règles prises pour le diocèse de Rome en les aggravant notablement.

« Mon intention en partageant cette politique est de vous encourager à réfléchir sur le devoir que nous avons tous d’aider notre peuple en ce moment de renouveau eucharistique en redécouvrant la valeur de la réforme liturgique dans les rites qui nous ont été donnés par le Concile Vatican II », a écrit Mgr Cupich dans une lettre d’accompagnement aux prêtres, rapporte Vatican News.

Le document explicatif du Vatican indique que l’intention de Traditionis custodes est de « rétablir dans toute l’Eglise de rite romain une prière unique et identique exprimant son unité, selon les livres liturgiques promulgués par les papes Saint Paul VI et Saint Jean Paul II, en conformité avec les décrets du Concile Vatican II et dans la ligne de la tradition de l’Eglise ».

Le document explicatif note que Traditionis custodes stipule que les sacrements ne peuvent être célébrés en utilisant les livres liturgiques du Rituale Romanum et du Pontificale Romanum promulgués avant les réformes de Vatican II.

Le pontifical contient les rites et les cérémonies habituellement accomplis par les évêques et le Rituel est recueille la célébration des sacrements.

Il y a donc une claire surenchère dans l’interdiction du rite tridentin : le motu proprio lui-même, les règles données par le diocèse de Rome et enfin celles que vient de donner l’archidiocèse de Chicago.

La suppression de la célébration de la messe traditionnelle pour en des jours fixés – premier dimanche de chaque mois, Noël, Triduum sacré, dimanche de Pâques et de Pentecôte – est particulièrement odieuse. Il est vraiment raisonnable de se poser deux questions : quel but ce genre d’interdiction poursuit ? Et quel sera le prochain évêque à réduire encore les jours autorisés pour la célébration du rite tridentin ?

Il semble qu’il n’y ait rien de plus urgent dans la sainte Eglise que de se livrer à cette persécution des fidèles attachés à la tradition liturgique.

Source : Fsspx.Actualités

Autres articles concernant le dossier “Traditionis custodes” : 

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :