Mère Marie Emmanuelle, supérieure des dominicaines contemplatives d’Avrillé, est décédée à 13H25, le dimanche 27 janvier en la fête de saint Jean Chrysostome.

Une femme forte, généreuse, délicate. Une femme qui valait cent hommes ! Un soutien sans faille de la Tradition et des communautés amies de la FSSPX dans la ligne de crête anti-libérale de Mgr Lefebvre et de ses héritiers. Son oui était un oui, son non était un non. Comme beaucoup, elle avait dit son refus ferme et absolu de suivre l’aile libérale dans un accord suicidaire avec les autorités de la Rome moderniste.

Elle fut un soutien sans faille pour MPI et MCI – lettre de MCI à laquelle elle s’était abonnée – par ses encouragements constants et si emprunts de douceur et de délicatesse.

Elle a préparé son départ depuis sa terrible maladie en s’offrant comme victime expiatoire à l’image du Crucifié. Elle a vécu toute sa vie, et plus particulièrement ces derniers mois, comme un offertoire. Un magnifique exemple de vraie Charité.

Ses funérailles auront lieu vendredi 1er février à 9h50, Monastère de l’Immaculée, La Grange, 24140 Montagnac-la-Crempse.

Nous ne pouvons qu’inviter tous nos lecteurs à adresser au Seigneur une prière pour cette combattante afin de hâter, s’il est besoin, son Salut.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

10 commentaires

  1. DUFIT THIERRY says:

    Que Mère Marie-Emmanuelle soit très vite auprès du Seigneur si ce n’est déjà fait.
    Dans le naufrage de Vatican Ii il y eut des religieuses admirables qui gardèrent la Tradition : Mère Hélène Jamet , Mère anne-Marie Simoulin qui fondèrent les congrégations dominicaines de Brignoles et Fanjeaux qui comptent de nombreuses écoles, Il y eut Mère Gertrude de Maissin qui fonda la branche traditionnelle des bénédictines. Mère Marie-Gabrielle soeur de Mgr Lefebvre qui fonda les soeurs de la FSSPX, Mère Marie Christiane également soeur de Mgr Lefebvre qui fonda la branche traditionnelle des carmélites. Il y en a d’autres que je ne peux énumérer. Si la Tradition s’est tant développée c’est aussi en partie grâce à ces religieuses d’un courage surnaturel.
    Quant aux relations entre Rome et la FSSPX je vous conseille la lecture de la lettre aux amis et bienfaiteurs de M L’Abbé de Jorna que vous troiverez sur ala Porte Latine.

  2. Il faut aussi prier pour Mère Marie Béatrice du Carmel de Quiévrain, qui ne va pas très bien non plus, paraît-il.
    Il faut beaucoup de victimes pour sauver l’Église, les âmes et la France. Dieu en a besoin.

    • DUFIT THIERRY says:

      Il ne faut pas oublier que toutes ces religieuses qui ont dû quitter leur ordre ou congrégation pour rester fidèles à la Tradition et ont refondé en quelque sorte ces ordres et congrégations (essaimant et attirant de nombreuses vocations) ont subi des persécutions féroces des autorités modernistes.
      Certes ces persécutions ne furent pas sanglantes mais par leur courage indomptable ces religieuses me font penser aux carmélites martyres de Compiègne qui furent guillotinées en haine de la foi en 1794.

      • Elles s’étaient offertes en victime pour la France.
        1 ou 2 semaines + tard, Robespierre était guillotiné…
        Ce sont elles les femmes fortes.

        • Alexandre Sanguedolce says:

          Lors de la Terreur rouge en Espagne, 40000 religieux furent assassinés par ka République

          • DUFIT THIERRY says:

            La terrifiante guerre civile d’Espagne qui fut viscéralement anti-catholique ou l’on massacra prêtres et religieux, incendia les églises, monastères, ou l’on commit les pires sacrilèges fut une imitation de la barbare révolution française.

            • Il y a eu aussi les Cristeros au Mexique face aux dictateurs franc-maçons.

            • deogratias says:

              … révolution DITE française…

          • Les chiffres officiels acceptés sont:
            13 évêques, 4184 prêtres, 2365 religieux, 283 religieuses, environ 1000 séminaristes et 4000 laïcs catholiques (engagés dans des oeuvres caritatives)
            1523 sont béatifiés, dont 11 canonisés. Morts martyrs pour ne pas renier la foi, ayant pardonné publiquement à leurs bourreaux ils devraient logiquement être tous canonisés.
            En Catalogne, 50 % de clergé a été liquidé, le reste de la zone rouge 25%
            Les gauchards au pouvoir aujourd’hui en Espagne prétendent que les exactions ont été commises par des bandes incontrôlées, juste au début de la guerre. En réalité la traque des prêtres et laïcs catholiques en zone rouge était programmée et a duré pendant toute la guerre. Le dernier évêque (de Teruel) assassiné, Mgr Polanco avec son vicaire général et 40 prisonniers de guerre le 7 février 1939 vers Gerona par les rouges en fuite vers la France. Et en France ces assassins espagnols purent continuer leurs crimes en liquidant les familles catholiques et les opposants aux communistes, surtout pendant l’épuration, avec la bénédiction de de Gaulle. Toulouse est peuplée de descendants de certains de ces criminels rouges, tous amnistiés, malgré les accusations de crime de guerre contre eux.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

45 % 19.170 € manquants

15.830 € récoltés / 35.000 € nécessaires
Mis à jour le 26/03/2019

Il nous reste cependant 19.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !